28 octobre 2016 : Neige d'automne sur le Vignemale vu du Néouvielle


BIENVENUE SUR MON BLOG
Vous y trouverez des diaporamas thématiques (Paysages Pyrénéens-Randonnées et Escalades-Faune et Flore-Figures du pyrénéisme) ainsi qu'un aperçu de mes escapades pyrénéennes.

Pour mon livre "Pyrénées, d'un 3000 à l'autre" : http://www.monhelios.com/?fond=produit&id_produit=95&id_rubrique=8

[Toutes les photographies présentées sur ce site web ne sont pas libres de droit et sont la propriété exclusive de(s) (l')auteur(s). Pour toute utilisation, merci de me contacter.]

Faites un clic gauche sur une photo pour l'afficher en grand format et faire défiler les autres.







vendredi 1 novembre 2013

Balaïtous, document d'histoire pyrénéiste : un émouvant témoignage du passé...

Balaïtous de légende
 
Le 3 août 1825, après quatre tentatives dont l'une s'était achevée au sommet du Palas, Marcou et Jean-Pierre Cousté, guidant les officiers géodésiens Pierre-Eugène-Félicien Peytier et Paul-Michel Hossard, parviennent au sommet du Balaïtous, par un itinéraire encore aujourd'hui inconnu (mais longuement supposé dans la bibliographie pyrénéenne). Ils y construisent un cône tronqué en pierre sèche de 3m42 de hauteur.
 
A nouveau, ils y remontent le 25 août 1826, avec onze hommes dont Marcou et Jean-Pierre Cousté. Dans ses nombreux écrits, Henri Beraldi a construit le mythe de cette campagne extraordinaire pour l'époque.

Campant au sommet sous une tente, les hommes y essuient orage, grêle, neige… et ne peuvent regagner la vallée que le 2 septembre, abandonnant leur instrument de prédilection, le fameux cercle répétiteur... et les piquets de tente !

Avec un seul homme cette fois-ci, Peytier et Hossard y remontent une semaine plus tard, séjournant au Balaïtous du 9 au 11 septembre 1826... pour aller rechercher le cercle répétiteur ! Leur matériel étaient financé sur les deniers publics, et ils avaient le souci de la dépense minimale.
 
Ces hommes, discrets, ne firent pas cas de leur exploit (ils avaient également pendant leurs campagnes gravis le Maupas, le pic de Troumouse). Néanmoins, leur supérieur hiérarchique, Brousseaud, auquel ils rendirent compte de leur expédition dans un rapport, en donna des extraits au Journal officiel de l'époque, le Moniteur Universel (n°273, du samedi 30 septembre 1826). C'est donc l'acte original de conquête du Balaïtous que recèle ce document. Le voici donc (colonne de droite, voir la seconde photo pour lire) :
 
Cliquez sur la photo :


 
 Et les piquets de tente, me direz-vous?
 
Le 29 août 1872, montés par la cheminée de las Néous, Basile Gaspard (guide), Jean Lacoste (berger), mènent au sommet Édouard Wallon qui y observe encore les restes d’un fourneau et des piquets de tente des géodésiens, Wallon en emporte un d'ailleurs.
 
Le 20 septembre 1881 montés depuis Broussette par le col d’Arrémoulit, le rocher du Déjeuner puis par l’arête Packe-Russell (sur laquelle ils trouvent une enveloppe avec écrit « Pour l’édification des générations futures » peut-être déposée là par Russell en 1863) et la brèche Orteig, Jean Soustrade, Jacques Laborde, Jacques Orteig avec Doassans, Léon Cadier, Feranz, Domerchicoff, Roger de Bouillé et ses enfants (Marie, Jehanne et Yseult) atteignent le sommet. La tourelle des géodésiens est encore visible, elle ne fait plus que 1m71, ainsi que les piquets de tente !
 
Le 5 août 1899, Léon Maury, Léon Voizot, Courtade (de la Société des Touristes Ossalois), guidés par Charles Carrère, parviennent au sommet. Léon Maury y ramasse un des derniers piquets de Peytier et Hossard, il en reste encore trois à son départ !

Ces trois derniers piquets, ce sont les frères Cadier qui les emporterons le 10 août 1895 après avoir atteint la cime par la brèche Latour.
 
Et bien! nous sommes en 2013, et c'est quand même pas tous les jours que l'on a l'occasion d'avoir sous les yeux un témoignage aussi authentique remontant au temps les plus anciens et les plus glorieux du pyrénéisme. Ces piquets, en voici un bout, un tout petit bout, mais tellement grand par ce qu'il représente. Il constitue une relique émouvante au possible, précieusement conservée dans une archive. J'en suis encore tout retourné, et je partage volontiers ce petit morceau de bois avec vous :
 

Pour le reste, désolé, je vais avoir plus de mal...

mardi 8 octobre 2013

RAYMOND DESPIAU NOUS A QUITTES

RAYMOND DESPIAU NOUS A QUITTES
(20 janvier 1935 - 6 octobre 2013)
25 septembre 1966
Raymond Despiau à la sortie de l'éperon Nord de la Pique Longue du Vignemale, lors de sa première ascension.
Coll. Patrice de Bellefon.
 
Lundi, nous apprenions le décès survenu la veille dimanche, suite à une crise cardiaque au cours d'une escalade à La Collegats, du grand alpiniste et pyrénéiste Raymond Despiau.
Aujourd'hui, quelques pages sur le net espagnol nous confirment cette triste nouvelle :

Site de Christian Ravier, mercredi 9 :
 http://christian-ravier.com/Sites/Nouvelles/Entrees/2013/10/9_Raymond_Despiau.html

Site de Rémi Thivel, jeudi 10 :
http://www.remi-thivel.com/conditions/actus.html
Site de la Maison de la Montagne de Pau, ce jeudi :
http://blog.lamaisondelamontagne.org/post/2013/10/Raymond-Despiau-est-mort-!

Sur le site de la revue Pyrénées-Bulletin Pyrénéen, par Gérard Raynaud, vendredi 11 :
http://www.revue-pyrenees.com/spip.php?article1340&var_mode=calcul

Sur le site de Respyration ce vendredi également :
http://respyrations.com/2013/10/11/disparition-de-raymond-despiau-pyreneiste/



 

samedi 28 septembre 2013

25-26/10/2013 Bivouac et pêche au lac Tourrat

25-26 octobre 2013
Bivouac et pêche au lac Tourrat.
 
Comme l'autre fois ça a bien mordu, retour exprès au Tourrat histoire de faire mon we de la fermeture en semaine avant tout le monde.

Sempiternel bout du lac de Cap-de-Long,
...grimpée vers la hourquette de Bugarret, vue sur les Alharisès...
...passage au col des Pêcheurs...
...aperçu au col...
...nouveau raccourci cairné pour rejoindre Tourrat, 2h20 c'est plié...
 Et ça mord pas, moi qui comptait faire le plein de poisson puis monter sur les 3000. Tant pis, les crampons ne me servirons donc pas, j'insiste et la soirée paye.
Chaleur incroyable, je dors à la belle étoile et me retrouve hors du sac tellement j'ai chaud...
Réveil, petit déjeuner au bord de l'eau et coup du matin, puis retour hillico à Cap-de-Long avec deux pêcheurs venus comme moi la veille par la hourquette de Bugarret, je leur montre les raccourcis pour rejoindre le col des Pêcheurs (35mn depuis Tourrat)...
...au col...
...lac de Bugarret...
...panorama sur pic Long et consorts...
 ...du Turon de Néouvielle au Ramougn...
...puis retour hilico à Cap-de-Long, je travaille à Auch à 15h30...
 Kilo de Fario...
...détails de la robe...
...beaux saumons de fontaine à la plancha...
 ...christivomer poêlé...
 ...miam miam...








 

lundi 23 septembre 2013

21-22/09/2013 Mont Valier par l'arête des Antiques intégrale

21-22 septembre 2013.
 
Au mont Valier (2838m), seigneur du Couserans, par l'arête des Antiques intégrale.
Avec Cyril Renailler.
 
Il fallait bien qu'un jour, Cyril finisse par m'entraîner au sommet du Valier, encore inconnu pour moi. C'est pour ce we, et tant qu'à faire, autant y aller par l'arête des Antiques et la faire intégralement depuis le col de Cruzous.

Ici, carte de l'itinéraire du WE...


Samedi 21 septembre 2013.

Nous voila partis pour des lieux connus puisque nous étions déjà allé en ski à la cabane des Espugues en mars 2012 pour aller gravir le Lampau et la Messe :
http://flojac-pyrenees.blogspot.fr/2012/04/01-04-2012-pic-de-lampau-et-tuc-de-la.html.

Donc depuis le col de la Core, d'où nous partons après avoir laissé une voiture sur la piste au-dessus du lac de Bepmale, lac d'Eychelle, cabane d'Eychelle, portet d'Eychelle...
...passage au lac...
 ...à la cabane...
 ...au portet d'Eychelle...
...discussion avec la bergère de la cabane des Espugues...
 ...un regard sur le maître des lieux...
 ...direction le lac de Cruzous près duquel nous installons notre bivouac sans tente...
 
Dimanche 22 septembre 2013.
 
C'est rare qu'on ne se lève pas à l'aube, et ce matin c'est le cas. Faut dire que l'attaque est bien proche, juste au-dessus au col de Cruzous. On finit par partir à 8h15.
...arrivée au col 8h40...
...attaque de l'arête directe par marche sur pentes mi-herbeuses mi-rocheuses...
...un vautour au réveil...
 ...on porte toujours la corde...
 ...mais on finit par d'en servir...
 ...vue sur le Pomebrunet...
 ...après un rappel sur le Rognon du Valier (relais refait à neuf au passage), au tour de Cyril sous le Valiérat...
 ...vue sur les lacs en contrebas (étangs de Milouga et d'Arauech)...
 ...à la sortie d'un beau ressaut...

 ...beau cadre de course...

 ...Cyril et le glacier d'Arcouzan...
 ...dernière longueur sous le sommet...
 ...une cordée sort de la face est...
 ...au sommet 16h...
 ...glacier d'Arcouzan, les crevasses ne sont pas ouvertes...
 ...Cyril au Valier...
...panoramas du sommet...


 
 ...avec vue sur la plaine...
 
 
 ...17h, descente vers le col avec vue sur le refuge des Estagnous...
 ...on y descend (presque) avant de remonter 200m pour gagner le col de Pecouch, traverser les Lauzets pour rejoindre le lac de Cruzous...
...au col de Pecouch...
 ...détails de l'arête, Rognon et arête du Valiérat...
...vues de l'arête...
 
 ...retour au lac de Cruzous, pliage du bivouac, départ pour cabane d'Espugues...
 ...fin de journée sur le Valier...
 ...lumières du soir...
 ...arrivée au portet d'Eychelle avec la nuit...
 ...vue sur Toulouse depuis les alentours du lac d'Eychelle...
...descente par la cabane de la Hitte sur la vallée de Bepmale...
Retour à la voiture en vallée à 22h.
 
Très belle course, cadre splendide, mais rocher assez mauvais dans l'ensemble (sauf dans les 3 dernières longueurs sous le sommet). Quelques pas de IV+, utilisé quelques friends (0.5, 1), mis un piton psychologique dans un passage pourri (que Cyril a récupéré facilement).
Panorama superbe au sommet.
On prend rendez-vous avec le mont Valier pour une hivernale...