28 octobre 2016 : Neige d'automne sur le Vignemale vu du Néouvielle


BIENVENUE SUR MON BLOG
Vous y trouverez des diaporamas thématiques (Paysages Pyrénéens-Randonnées et Escalades-Faune et Flore-Figures du pyrénéisme) ainsi qu'un aperçu de mes escapades pyrénéennes.

Pour mon livre "Pyrénées, d'un 3000 à l'autre" : http://www.monhelios.com/?fond=produit&id_produit=95&id_rubrique=8

[Toutes les photographies présentées sur ce site web ne sont pas libres de droit et sont la propriété exclusive de(s) (l')auteur(s). Pour toute utilisation, merci de me contacter.]

Faites un clic gauche sur une photo pour l'afficher en grand format et faire défiler les autres.







Archives du blog

mardi 30 décembre 2008

28-12-2008 BANANA SPLIT A GAVARNIE

NDIMANCHE 28-LUNDI 29 DECEMBRE
Lever à 5h avec une horde d'espagnols et direction le cirque. On s'engage sur Banana Split qu'on trouve bien raide. Deux longueurs avec passages à 90° assez soutenus, et me voilà sur la vire, bien rincé. Quand j'installe le relais, je suis ébahi par la beauté du Maestro de Giachio...et par le danger qu'il représente. Que ces cigares, colonnes de glaces et autres baldaquins suspendus parfaitement découpés viennent à céder sous leur propre poids, et je suis en pleine ligne de tir. Depuis ce matin, toute les 1/2 h environ, la grande cascade est sujette à cela, je vois bien le résultat. "Dangers objectifs" sur Overdose, c'est le mot. Bon, Cyril arrive et continue dans l'élan sur la vire, un petit relais sur ancre à neige bien à droite et je quitte les lieux. Vu qu'on a notre compte pour la journée, on traverse la vire jusqu'à prendre la ligne de rappel du mur. Bien évidemment, en descendant, je rate le relais, et me voila en bout de corde. Aller, deux broches pour un relais, je me décorde, Cyril lui ne rate pas le relais et me rebalance la corde pour qu'on arrive sur le plancher des vaches. Retour à Holle.
Seconde journée, même chemin, direction Fluide Glacial. Je pars avec petits gants et vu le sorbet servit là, je finis par les essorer, les mains gelés à mi-longueur. Et comme je me sens pas vraiment en forme, je redescends sur une broche que la cordée suivante me récupère, on fini la journée à s'amuser au pied des cascades sur un névé (résidu survivant de cet été) déversant (voire carrément surplombant). Deux jeunes l'ont équipés du haut et lardé de broches, et je m'y essaie après eux. C'est bon pour les bras et les abdos...et assez inhabituel. Pas de blocs in Gavarnie, la couenne en glace... Les Nomics prêtés ancrent incroyablement, et on arrive en haut hors d'haleine sous la violence de l'effort.
Il neige de plus en plus, et nous repartons, mais lentement, car nous observons la progression d'une cordée engagée dans Crac 40, oeuvre récente de haut niveau, nous mangeons à l'hôtelerie, regardanT le premier aux prises avec une longueur d'artif surplombante. La progression est extrêmement lente et nous partons avant que la glace ne soit atteinte.
Retour à Gavarnie, puis à la maison. Un peu de repos avant le réveillon ne fera pas de mal.
PHOTOS A VENIR

lundi 29 décembre 2008

26-12-2008 VOYAGE AU VIGNEMALE

VENDREDI 26/ SAMEDI 27 DECEMBRE:
Avec toute la quincaillerie et de quoi tenir un siège, avec Cyril nous montons en raquette au refuge des Oulettes de Gaube. Après le lac et ses isards à collier jaune, pas de trace. Une personne est au refuge, poêle allumé et planche découpées avec les scies laissées par Jean-Thomas, gardien du refuge, on apprécie. Lever à 5h, on file vers la face direction la goulotte Lechêne. Au petit jour, après une progression pénible, déception, rien n'est bien formé. Le départ de la goulotte est sec, le reste peu fourni. Redescente donc, inspection des lieux: les séracs sont bien sur faisables, pour le reste (Lechêne, Tagada tic-tac, Arlaud-Souriac, Gaube, goulotte des Espagnols...) faudra revenir. On décide donc de se rabattre sur les cascades de Gavarnie.
On redescend au refuge, d'ou nous observons notre colocataire de la nuit s'élever péniblement jusqu'au col des Oulettes. Enfourchant son surf pour redescendre, il se fait embarquer par une plaque, heureusement sans conséquence pour lui, puis nous admirons les courbes gracieuses tracées dans la pente. Continuant sous le refuge, nous lui emboitons le pas et juste dans le ressaut en contrebas, le surfeur déclenche une seconde plaque...sans dommage. Nous regagnons le pont d'Espagne puis Gavarnie ou Joseph et sa femme nous accueillent au refuge des granges d'Holle.

lundi 8 décembre 2008

07-12-2008 CASCADE A BIELSA:EL SUENO DE AGUA

DIMANCHE 07 DECEMBRE
Avec Cyril, nous sommes tout heureux de ressortir les broches et autres piolets et crampons à glace. Nous attaquons au lever du jour El Sueno de Agua (Le rêve d'eau), car il n'a pas vraiment fait très froid cette nuit. Le parking sud du tunnel est plein de vans espagnols, mais personne ne semble décidé à partir. On part donc en premier et je m'envoi la première longueur après avoir cehrché un cheminement scabreux pour éviter une douche. A gauche, puis finalement à droite.
L2 et L3 du même accabit, le jeu consiste à trouver une ligne de glace ou je peux visser quelques broches. Finalement, perdant mon temps à chercher à protéger, je tire les deux longueurs sans brocher. Pour L4, hésitation vu la belle cascade d'eau qui innonde le ressaut terminal, mais je trouve un passage en bonne glace. La corde est trempée, nous attaquons la descente en rappel, nous croisons plein de cordées qui préfèrent s'arrêter (à ben oui, c'est vrai qu'à cette heure, ça coule bien plus que ce matin...et c'était pas le jour à démarrer à 10h), ça ressemble par moment à du canyonning, mais nous arrivons en bas relativement secs -merci Ô Gore-t- en renforçant tous les relais d'un ficelou tout neuf, même si la corde doit peser le double de son poids habituel.
Bonne glace à la montée malgré tout, ancrage sécures, donc rentrée en matière pas trop mal finalement.
PHOTOS A VENIR

dimanche 7 décembre 2008

23-11-2008 SOUM DES SALETTES-AGUILOUS

Retour vers Piau pour Nadine
Descente sous le port de Campbieil (cliché C. Renailler)

Vue O vers le Vignemale

Au sommet, vue magistrale sur le massif calcaire

Cyril au sommet

Le Campbieil

Cyril sur la crête ventée du soum des Salettes

Cyril au port de Campbieil

Nadine, Sylvain et Cyril, repas frugal...

Nadine et Sylvain aux abords de la cabane de Badet

SAMEDI 22/DIMANCHE 23 NOVEMBRE

Nous voilà partis avec Cyril, Nadine et Sylvain, dans le vallon de Badet jusqu'à la cabane, par un bel après-midi. Après dégagement de la porte, installation confortable pour une soirée ponctuée d'un repas pantagruellique.
Le lendemain, réveil matinal pour Cyril et moi, nous traversons à flanc sous un ressaut avant de rejoindre le vallon du port de Campbieil. Parvenus à ce dernier, nous y assistons au lever de soleil avant de mettre les couteaux pour s'élever sur la crête du soum des Salettes. Le vent est assez violent, soulève des gerbes de neiges qui nous volent en plein face...nous parvenons ainsi à peu de distance du sommet, que nous rejoignons par des pentes trop rocheuses pour poursuivre en ski. Au sommet, panorama de premier ordre sur les grandes Pyrénées. Retour à la cabane ou tout le monde se retrouve pour manger avec Nadine et Sylvain qui sont montés à la hourquette de Chermentas, puis nous regagnons Piau sous un soleil radieux (oh, les belles coulées!).

mardi 25 novembre 2008

27/28-09-2008 TOUR DU VIGNEMALE

CYRIL AU PETIT VIGNEMALE
CYRIL DANS LA SECONDE CHEMINEE AU DESSUS DU GLACIER D'OSSOUE

CYRIL DANS LA PREMIERE CHEMINEE AU DESSUS DES SERACS

CYRIL SUR LA TAILLANTE DU COL DES GLACIERS

AVEC CYRIL A LA PIQUE LONGUE

LE DOMAINE DE RUSSELL VU DU COL DE CERBILLONA

GLACIER D'OSSOUE VU DU MONTFERRAT
PREMIERES LUMIERES DU JOUR
SUR LE GLACIER D'OSSOUE
CYRIL SE CAILLE... MAIS LE SOLEIL ARRIVE

27-28 SEPTEMBRE 2008
DU MONTFERRAT AU PETIT VIGNEMALE
Avec Cyril Renailler
Samedi 27, arrivée tardive à Ossoue et grimpette jusqu'à Bellevue ou nous installons la tente, mais nous nous rendons compte qu'il fait bien meilleur dans une des grottes sèche et propre dans laquelle finalement nous passons la soirée et dormons. Je manque de rien de capturer un jeune marmotton imprudent, les aster des alpes et edelweiss sont encore sur pieds.
Dimanche 28, réveil matinal habituel, nous longeons à vue la moraine du glacier d'Ossoue et rejoignons l'arête est du Montferrat sur laquelle nous progressons et rencontrons un pas acrobatique avant de gagner le collet situé à la base de la partie finale de l'arête. Là, nous attendons le soleil avant de gagner le sommet. Du Montferrat, nous poursuivons par les sommets Central, Cerbillona, Clot de la Hount jusqu'à la pique Longue. Nous regagnons brièvement le glacier, passons l'échancrure de Gaube et remontons au piton Carré puis à la pointe Chausenque, avant de rejoindre en suivant un filon d'ophyte vert le col des Glaciers. Là, petit passage aérien, cheminée plein gaz sur les séracs de la face nord, enchainée après une traversée à flanc avec une seconde plein gaz sur le glacier d'Ossoue, quelques ressauts, un muret vertical, et nous voilà au sommet du Petit Vignemale. Nous rentrons à Bellevue en suivant intégralement son arête est (jusqu'à rejoindre le GR 10 après Bayssellance), récupérons le matériel avant de filer dare-dare à Ossoue.

19/20/21-09-2008 AUTOUR DU PERDIGUERE

EN HAUTE VALLEE DE REMUNE

LAC DE LITEROLE

PIC ET CRETE DES PORTILLONS

PORTILLON D'Oô PIC DU PORTILLON ET POSETS VUS DES CRABIOULES OCC.

DANS LES VAPEURS MATINALES AUX CRABIOULES OCCIDENTALES

LES SOMMETS DU SEIL DE LA BAQUE VUS DU PIC AUDOUBERT

VUE SUR LE PERDIGUERE

PETIT MATIN SUR LE POSETS

MER DE NUAGE SUR LA PLAINE AU SOMMET DU PERDIGUERE

19-20-21 SEPTEMBRE 2008 AUTOUR DU PERDIGUERE
19 SEPTEMBRE 2008 : VALLEE DE REMUNE JUSQU'AU LAC DE LITEROLE
20 SEPTEMBRE 2008: DU PERDIGUERE AU SEIL DE LA BAQUE PUIS AU PORTILLON
21 SEPTEMBRE 2008: DES CRABIOULES AU ROYO
Avec Cyril Renailler.
Objectif du w-e : modifier la course 8-4 de mon p'tit livre "Pyrénées, d'un 3000 à l'autre". En effet, je proposais à quatre reprise de gravir les "3000" du Luchonnais en montant au refuge Jean Arlaud. J'avais parcouru le versant espagnol du Perdiguère, c'est à dire la merveilLeuse vallée de Rémuné en 1988, j'avais 17 ans...et n'avais pas eu le temps d'y revenir pour prendre les notes nécessaires à la publication de l'itinéraire. J'ai donc profité de cet été pour régler cela, d'autant que les 1500 premiers exemplaires de mon ouvrage étant en voie d'épuisement, nous allons procéder début 2009 à une seconde édition qui intégrera cette modification.
Nous voilà donc parti ce vendredi 19 avec Cyril, il est 19h15 lorsque nous quittons le macadam.
J'ai le temps d'imaginer la beauté du cadre que nous réserve cette vallée, d'y repérer de beaux lis martagons et jaune sans les fleurs avant que le crépuscule puis la nuit ne guident nos pas jusqu'au lac de Litérole ou nous mangeons et installons le bivouac.
Samedi 20 nous partons de nuit pour arriver au sommet du Perdiguère avant le jour. Tellement tôt (à moins qu'on soit vraiment montés vite) que nous attendons presque une 1/2h avant de voir l'aube arriver, transits par une petite gelée nocturne et un vent dont le cairn sommital ne nous protège guère. Ensuite, tout s'éclaire lentement, sublimement.
Direction ensuite le col supérieur de Litérole, puis le pieds du glacier du Portillon ou j'espérais trouver de l'eau (nous étions partis léger quasiment sans eau). Nada, passons. Nous atteignons le Portillon d'Oô puis le pic homonyme voisin. Et enchaînons la crête des Portillons jusqu'aux sommets du Seil de la Baque ou nous arrivons quelque peu désséchés. Il nous faut redescendre bien bas vers la base du glacier pour trouver de l'eau et manger. Du coup, le projet initial qui était de poursuivre au port d'Oô puis aux Gourgs Blancs reste à cet état, et après nous être abreuvé d'une eau obtenue de haute lutte avec la glace qui recouvre les fins écoulements sur quelques rochers, nous nous contentons de remonter le glacier pour aller gravir le pic Audoubert (c'est pour Cyril, il connaît Louis...qui ne veut pas de "son" pic d'ailleurs).
Ensuite, retour à notre affleurement rocheux ou, sans le moindre souffle de vent perceptible, nous faisons une petite sieste torse nu en plein soleil sur des neiges de 3000 mètres de hauteur. Petit moment paradisiaque, avant de regagner le refuge du Portillon par un itinéraire à vue de mon crû (monter, descendre, remonter, redescendre en longeant le lac). Accueil toujours aussi chaleureux de Régis Gatti et de son équipe.
Dimanche 21: départ nocturne pour une ascension menée grand train pour assister au lever de soleil au sommet du Crabioule occidental . Ensuite, aller-retour amusant vers le sommet oriental, puis direction le col inférieur de Litérole pour gravir le pic homonyme puis le Royo avant de rejoindre le col supérieur. De là, descente à vue jusqu'au lac dont je parcours les rives de jour pour récupérer le bivouac laissé la veille, manger et redescendre jusqu'àu parking.
Enfin je revois dans la lumière diurne cette splendide vallée de Rémuné, 20 ans après.

mardi 30 septembre 2008

29-07-2008 UNE ENDEMIQUE EXCEPTIONNELLE : L'ASTER DES PYRENEES


29 JUILLET 2008
avec
Antonin Nicol.
Quelque part en vallée d'Ossau.
La merveilleuse trouvaille.
La plus rare des endémiques pyrénéenne.
Liste rouge des espèces protégées.
Aster pyrenaeus Desf. ex DC
ASTER DES PYRENEES

lundi 29 septembre 2008

30-08-2008 : FLAGRANT DELICE A LA MURAILLE DU RAMOUGN

LA CHAPEAU SOUS LE CASQUE....IRRESISTIBLE!

CYRIL EN PLEINE ACTION AU DESSUS DE CAP-DE-LONG

30 AOÛT 2008
Ascension de Flagrant Délice (D) à la muraille du Ramougn.
avec
Cyril Renailler.
Escalade de caractère sur un excellent rocher,
dans un cadre de toute beauté.

21-08-2008 : LA FACE NORD DU PIC LONG, LES PICS D'ESTIBERE MALE, DE BUGARRET ET LE PALE DE CRABOUNOUSE

LE LAC TOURRAT

CYRIL DANS LA RIMAYE

CYRIL DANS LA FACE NORD

PAUSE PHOTO
AU COURS DE CETTE ESCALADE SOMPTUEUSE


AU SOMMET: FACE NORD CLASSIQUE SORTIE RAVIER
DIXIT LE GUIDE OLLIVIER QUI A FAIT LE VOYAGE

21 AOÛT 2008
Ascension de la face nord du pic Long et parcours de l'arête de Bugarret jusqu'au pale de Crabounouse
avec
Cyril Renailler.
Journée mémorable, la corde ne s'en est pas remise (rompue par une chute de pierres) mais Cyril et son casque s'en sont mieux sortis.
De Cap de Long au Tourrat la veille par le col des Pêcheurs, chargés comme des mulets (matos d'escalade, matos de pêche, vairons vivants en bouteilles...).
Au soir de l'ascension, nous dormons sur place, et bien nous a pris d'emmener la tente : le lendemain matin, l'orage éclate dès 6h du matin. Tant pis pour la partie de pêche, les christivomers restent dans le lac.






16-08-2008 : AU MAUBIC PAR L'ARETE DE CAP DE LONG

VUE SUR LE LAC TOURRAT

VUE SUR LE PIC LONG ET LE BADET

16 AOÛT 2008

Ascension au pic Maubic et parcours de l'arête de Cap de Long.


05-08-2008 : PUB AU NEOUVIELLE

PUB AU NEOUVIELLE
5 AOÛT 2008
Ascension du Néouvielle
avec
Jean-Louis Ladagnous
et
Catherine.
Pour la petite histoire, notre première ascension ensemble au Néouvielle avec JL. C'étais sa 40ème et moi ma 15ème sur ce sommet. On a bien finit par le gravir ensemble!